C’est dans la nuit du lundi 14 septembre 2020 une dame avec son enfant sont aperçu sur la corniche vers minuit. Au moment où elle voulait passer à l’acte, une personne qui les suivait l’a stoppé nettement avant de la remettre aux éléments de la police.

Après l’intervention des hommes de tenue la dame est revenue sur son projet de suicide avorté. Selon elle le quotidien de la vie ne l’encourage pas à vivre avec sa fille d’un an. Elle a été engrossée, puis abandonnée par son copain et ses parents quand elle avait besoin d’eux. La dame Ndéye M. Th âgé de 29 ans est soumise à une interrogation de la part de la police afin d’expliqueuer sa présence sur la corniche en compagnie de sa fille d’un an.

« Mon problème a commencé lorsque je suis tombée enceinte. Mon copain m’a proposé d’interrompre cette grossesse, mais j’ai refusé. C’est ainsi qu’il a refusé à son tour de me venir en aide financièrement.

Pendant toute ma grossesse, il m’a laissée sans assistance. Pis encore, j’ai été expulsée de notre maison familiale. Et j’ai accouché sans assistance dans la maison de ma tante à sicap Liberté 6 », informe Ndéye M. TH sur actu 221

Croyant que son calvaire été fini après son accouchement, Ndéye M. Th rencontre de nouveau des difficultés pour subvenir aux besoins de sa fille quotidiennement. Les problèmes ne font que se multiplier dans la tête de cette maman. La première chose qu’elle croyait comme solution était d’abroger sa souffrance et celle de sa fille.

« Je suis fatiguée avec ma fille, car je n’ai pas les moyens de subsistance. C’est ce qui m’a poussée, le lundi 14 septembre 2020, à me rendre chez ma copine et à y rester jusqu’à minuit », informe Ndéye M. Th

C’est en quittant le logement de sa copine qu’elle eut l’idée de mettre fin à leurs deux vies durant cette nuit.

« En sortant, j’ai eu l’idée de mettre fin à la vie de mon enfant et à la mienne. Je marchais sur la corniche, car j’étais égarée. Lorsque, j’ai traversé la chaussée pour prendre la direction du cimetière de Soumbédioune, un individu m’a interpellée avant de me mettre à la disposition des agents de police », a avoué la dame.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here