Passer la bague au doigt de la personne n’est pas toujours chose aisée. Si certains l’ont réussi sans trop de difficultés, d’autres ont vu leurs projets de mariage s’effondrer au pied de l’autel, lit-on dans les colonnes du Quotidien l’Observateur.

Une belle promesse de vie commune que L.Diouf nourrissait pour Ngoné. Sans succès, ses rêves d’une vie à deux ont fondu comme du beurre au soleil. Malgré le fol Amour qui le liait à sa dulcinée. « Nous étions très épris l’un de l’autre. Ngoné venait tout le temps chez moi et mes parents étaient tous au courant de cette relation. Ces derniers très responsables ont décidé de célébrer notre union. Avec une dot composé d’une forte somme d’argent, d’un téléphone une parure en Or et d’un téléphone, ils sont partis chez les parent de la fille pour officialiser notre union. Ces derniers les demanderont de leur accordé un peu temps afin de consulter la tante de la fille qui est à Ziguinchor », explique L.Diouf.

Un mois plus tard, aucune nouvelle. Le doute commence à germer dans la tête des parents de L.Diouf. « Nous ne comprenions pas ce qui se passait et n’avait reçu aucune explication. Pourtant ma fiancée ne cessait de leur mettre la pression pour qu’une date soit choisie et qu’on puisse enfin sceller notre union. Malgré notre patience, ils tardaient à nous édifier ». Six mois plus tard, toujours rien. Quelle ne sera surprise de L.Diouf et de sa famille, quant au détour d’une conversation, ils apprendront que Ngoné était déjà promise à un de ses cousins qui vivait en Europe. L.Diouf et tombé de nues. Il perd le sommeil et passe ses journées dans le noir. Déboussolé, le cœur en miettes, il met un terme à la relation et décide de ne pas demander restitution de sa dot. Son grand frère lui opposera un niet catégorique. « C’est mon grand-frère en personne qui est allé récupérer. Il a sommé les parents de la fille de me restituer la dot. Elle m’a tout rendu sauf le téléphone qu’elle avait déjà utilisé », souffle-t-il, amer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here