Pape Alé Niang s’est invité dans l’affaire dite du départ du Haut commandant de la gendarmerie. Dans un live sur sa chaine You Tube, ce dimanche 20 juin, le journaliste a annoncé que Jean-Baptiste Tine a tenu tète au chef de l’Etat Macky Sall sur plusieurs points. Suffisant pour que ce dernier signe un décret pour le limoger.

Des révélations de taille. Pape Alé Niang en a encore beaucoup livré à ses followers cet après-midi. De prime abord, le journaliste a épluché la réunion au palais de la République, lors des émeutes de mars dernier. Moment au cours duquel, révèle le journaliste, le Haut commandant avait suggéré au chef de l’Etat d’observer “une pause-évaluation” compte tenu de la dégénérescence de la situation. Toutes choses que Macky Sall ne voulait entendre de cette oreille.

Emeutes de mars dernier 

Rappelant les événements de mars dernier, le journaliste a indiqué que Jean Baptiste-Tine avait intimé l’ordre aux gendarmes, “ici à Dakar“, de se désarmer en allant dans les zones d’affrontements avec les civils. Une manière d’éviter que ses hommes tirent sur la foule par perte de sang-froid. “Il n’y a qu’à Bignona – une zone militaire – où un  gendarme a tué un civil. A part cet incident, toutes les autres personnes ont été tuées, lors de ces émeutes, par la police“, a-t-il notamment révélé.

Recrutement dans la police

Et de révéler aussi que le régime veut, à travers le “quota des 1300” personnes qu’il réclame, intégrer ses nervis dans le corps de la police. “J‘ai des photos et des noms. Je ne vais pas les citer par respect de la dignité humaine. Jean-Baptiste Tine a tenu tête au président de la République“, a-t-il notamment insisté.

Recrutement de nervis dans la gendarmerie 

Annonçant un prochain recrutement dans la gendarmerie, Pape Alé Niang a affirmé que Jean-baptiste Tine n’allait jamais accepté l’intégration de nervis au sein du corps des forces de défense.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here